Choisir votre randonnée

Accompagnateur en montagne

Être accompagnateur moyenne montagne : un métier, une passion

Être Accompagnateur en Montagne exige une connaissance approfondie du milieu montagnard et de sérieuses capacités physiques. Il demande également

(c) Patrick SCHLATTER www.lesaem.orgau titulaire des qualités humaines de partage, de dialogue et de communication.

L’Accompagnateur en Montagne fait avant tout découvrir les milieux naturels et humains lors d’activités de randonnées qu’il encadre et anime avec une obligatoire de maintien de la sécurité du groupe et des individus qui le compose.
La diversité de ses compétences lui permet d’exercer toute l’année, par de multiples pratiques et dans tous les massifs montagnards.

Guide randonnée, guide moyenne montagne, accompagnateur montagne ?

L’intitulé exact est “accompagnateur en moyenne montagne“. On dit souvent AEM, accompagnateur en montagne.

Un professionnel titulaire d’un brevet d’Etat d’alpinisme

logo accompagnateur en moyenne montagneLes Accompagnateurs en Montagne sont titulaires d’un brevet d’Etat de la filière de l’alpinisme. Ils sont des éducateurs sportifs et des enseignants.
Aujourd’hui, 3.500 Accompagnateurs en Montagne sont en situation d’exercice, déclarés auprès de l’administration nationale des sports, titulaires d’une carte professionnelle, d’une responsabilité civile professionnelle et à jour de leur recyclage professionnel obligatoire.Ces Accompagnateurs en Montagne se sont tous personnellement engagés dans un cheminement long et difficile vers l’obtention du brevet d’Etat. Cette certification, désormais de niveau III et inscrite au Registre National des Certifications Professionnelles, est l’aboutissement d’un parcours personnel vers la montagne et en montagne, d’un vécu validé par des centaines et des centaines de journées passées en montagne durant lesquelles le futur professionnel s’est confronté à tous types de situations et de conditions de la montagne.
S’estimant prêt, et répondant aux exigences administratives de base, le candidat s’inscrit à un examen probatoire sélectif qui valide l’entrée en formation d’environ 20 % d’entre eux. Cette formation, s’étalant au minimum sur 18 mois se compose d’unités de formation et de stages professionnels. Un examen final sanctionne ce parcours.
Les accompagnateurs en moyenne montagne, même ceux nouvellement diplômés sont toutes et tous des experts de la montagne qui y ont vécu tant et tant de situations qu’ils sont en mesure d’assurer votre guidance et votre sécurité dans toutes les conditions. Au-delà, ils sont des connaisseurs des milieux montagnards pour vous les faire partager, apprécier et comprendre.

Déontologie, Ethique et Sécurité de l’accompagnateur en montagne

L’accompagnateur en moyenne montagne engage son action dans un cadre déontologique fort.

Vis à vis des personnes qu’il encadre, des pratiquants de la montagne extérieurs à son groupe, des ses collègues Accompagnateurs en Montagne et de ses confrères, Guides, Moniteurs de Ski et autres professionnels des champs du sport ou du tourisme, il agit conformément au Code de Recommandations Déontologique de sa profession.

Sécurité, convivialité, respect pointu de la réglementation en vigueur et confraternité sont les axes fort de sa déontologie.

L’une des traductions concrêtes de sa déontologie professionnelle consiste, à être attentif aux situations extérieures au groupe qu’il encadre qu’il peut rencontrer en montagne. C’est ainsi qu’il a cette obligation morale que de parfois informer des randonneurs isolés sur les conditions de la montagne ou la difficulté d’un tronçon d’itinéraire à venir dès lors que son expérience lui fait estimer que ces personnes pourraient ne pas être en situation de gérer sans danger objectif la suite de leur propre randonnée. De même, un Accompagnateur en Montagne rencontré en chemin ou hors chemin répondra toujours à vos questions dès lors qu’elles traitent de votre sécurité et de la suite du déroulé de votre itinéraire.

Il y a là, tout simplement, une expression de la traditionnelle solidarité des gens de montagne et des pratiquants de ce milieu très spécifique, qu’est, en toutes saisons et sur tous les massifs, la montagne.

Un point fort de sa déontologie professionnelle est traité par l’article 3 de son Code de Recommandations :
“Pratiques d’encadrement” : L’Accompagnateur en Montagne doit veiller au respect de la réglementation appliquée à certains publics, notamment les accueils collectifs de mineurs (relevant du Code de l’action sociale et des familles, articles L227-4 et suivants). En dehors de ce cadre, il fixe lui-même le nombre de participants en prenant en considération les pratiques d’encadrement locales, les capacités des clients, la difficulté et la longueur de l’itinéraire, son engagement et les conditions de la montagne. Il prend également en compte l’objectif de qualité et de convivialité des activités encadrées”

Prérogatives professionnelles de l’accompagnateur en moyenne montagne

Les prérogatives des Accompagnateurs en Montagne sont portées sur leurs cartes professionnelles délivrées par la préfecture du département de déclaration principale d’activité. Le champ géographique des Accompagnateurs en Montagne est l’ensemble du territoire national et à l’étranger.

Les Accompagnateurs en Montagne encadrent et animent contre rémunération toutes les activités de randonnée pédestre en montagne, sur chemins et hors chemins, sans limitation d’altitude mais en dehors des zones glaciaires et des terrains qui nécessitent, pour la progression, l’utilisation des techniques et outils de l’alpinisme (crampons, cordes, baudriers). Ce domaine de prérogatives est celui du Guide.
La progression pédestre sur névés résiduels au printemps, été et automne est autorisée dès lors que les techniques et outils de l’alpinisme ne sont pas à employer pour progresser en sécurité.
En hiver et au printemps, sur neige, les Accompagnateurs en Montagne utilisent, pour la progression, l’outil raquette à neige en espace montagnard sur des terrains ne présentant pas d’accident de relief important.

Tous les Accompagnateurs en Montagne enseignent et transmettent les techniques de progression des activités qu’ils encadrent. Ils peuvent mettre en oeuvre des actions de formation sur le terrain ou en salle, organiser et animer des parcours d’orientation …

Au-delà des supports que sont “randonnée pédestre” et “raquettes à neige”, les Accompagnateurs en Montagne peuvent utiliser des animaux de bât (anes, lamas, mulets …) lors des randonnées. Il peuvent également encadrer l’activité de marche nordique.

Certains accompagnateurs en moyenne montagne sont titulaires de certifications complémentaires. Elles sont alors portées, en complément, sur leurs cartes professionnelles. C’est le cas pour le VTT et pour l’activité de canyon. De même, dans les départements d’outre-mer (Réunion, Martinique et Guadeloupe), les Accompagnateurs en Montagne sont titulaires de la qualification “montagne tropicale” qui garantit leur connaissance de ce milieu particulier sous l’angle des conditions de la montagne.

Enfin, les Accompagnateurs en Montagne sont habilités à encadrer tous les types de publics : individuels et familles mais aussi les publics scolaires (dès lors qu’ils ont obtenu un agréement académique) et les mineurs accueillis en collectivité (“colonies de vacances”), ceci en respectant la réglementation spécifique relative aux mineurs.

Source : site du syndicat des accompagnateurs en montagne